Visa, agrément et neuropsychologie clinique

Visa et Agrément en psychologie clinique pour les personnes ayant suivi un parcours en neuropsychologie

Depuis peu, nous remarquons que certains psychologues diplômés option neuropsychologie reçoivent un refus d’obtention de leur visa. Certains professionnels le reçoivent, tandis que d'autres obtiennent un refus alors qu’ils présentent un parcours académique et professionnel assez similaire. Pourtant, il est évident pour nous que les « neuropsychologues » sont bien des professionnels de la santé dont les compétences et l’exercice professionnel relèvent d’une branche de la psychologie clinique. D’ailleurs, le terme « neuropsychologue » n’est pas reconnu légalement.

L’explication se trouve au niveau du contenu des formations suivies à l’Université. En effet, certaines universités (comme l'Uliège) ont fait le choix éclairé d’inclure la formation en neuropsychologie dans le parcours de psychologie clinique, ce qui permet de compléter la liste des cours distinctifs en psychologie clinique tels que définis à l’article 5 de l’arrêté royal de 26 avril 2019 fixant les critères d’agrément des psychologues cliniciens.

Art. 5. § 1er. La formation du psychologue clinicien, définie à l'article 68/1, § 2, alinéa 2, de la LEPSS, vise à acquérir des connaissances et compétences à la fois dans les domaines de connaissance distinctifs et non distinctifs de la psychologie clinique.

 

Domaines de connaissance non distinctifs

 

1. Méthodologie de la recherche scientifique, y compris la statistique et l'analyse de données et l'interprétation des résultats, les compétences à développer, mettre en œuvre et évaluer la recherche, et à l'interprétation et à l'intégration des données de recherche scientifique ;

2. Bases biologiques du fonctionnement humain, y compris la physiologie, la psychophysiologie, la génétique et la neuropsychologie ;

3. Bases psychologiques du fonctionnement humain, y compris la psychologie développementale, la psychologie de la personnalité/différentielle, la psychologie des motivations, la psychologie de l'apprentissage, la cognition sociale, la théorie des fonctions et la neuropsychologie ;

4. Bases sociologiques du fonctionnement humain, y compris la psychologie sociale et interculturelle ;

5. Ethique et déontologie ;

6. Un mémoire de master traitant d'un sujet relevant des domaines de recherche centraux et/ou des sciences auxiliaires et domaines connexes de la psychologie clinique.

Domaines de connaissance distinctifs

1. Psychologie clinique, focalisée sur des groupes cibles, approches et cadres de référence divers ;

2. Psychologie de la santé et psychosomatique ;

3. Psychopathologie et psychiatrie ;

4. Evaluation psychologique, psycho-diagnostique et psychométrie ;

5. Intervention psychologique clinique, prévention et entretien clinique ;

6. Stages et autres formes d'intégration sur le terrain.

 

 

Sur la base de ces critères, d’autres formations en neuropsychologie n’ont pas été reconnues, car, n’ayant pas fait le choix de les inclure dans le parcours de formation en psychologie clinique, celles-ci ne permettent pas de compléter la liste des cours distinctifs. Cela a créé une différence de traitement entre des personnes qui se préparent à l’exercice d’une même profession.

Les professionnels qui ont validé leur formation avant 2016 pourront obtenir le visa sur la base des dispositions transitoires*, tandis que les jeunes professionnels diplômés de ces mêmes formations après 2016 n’ont, à ce jour, aucune alternative pour régulariser leur situation. Ces derniers se sont inscrits dans une université en faisant confiance à l'enseignement qui allait leur être administré et en sortant de celui-ci, on leur explique qu'il n'a pas été suffisant pour l'obtention de leur visa qui leur permettra d'exercer leur profession. Est-ce à eux de porter le poids des choix facultaires de ne pas inclure leur parcours en neuropsychologie dans celui de psychologie clinique, comme d’autres Universités l’ont fait ?

Il est dommageable que tous les psychologues diplômés option neuropsychologie après 2016 d’une Université qui n’a pas inclus la neuropsychologie dans le parcours de psychologie clinique soient en quelque sorte sacrifiés dans ce vide administratif et laissées dans un no man's land sans leur proposer une solution équitable.

Il reste cependant une question en suspens : si, après l'obtention de leur diplôme, ces psychologues complètent le cursus des cours distinctifs de la psychologie clinique via : soit un master complémentaire, soit la formule dite de « cours libre » (avec attestation officielle de réussite), seront-ils alors admissibles au visa et à l’agrément de psychologue clinicien ?

L’UPPCF a entamé des démarches d’interpellation, en espérant que des réponses puissent être prochainement apportées.

 

Il reste possible d’obtenir son visa si le diplôme en psychologie option neuropsychologie a été obtenu avant 2016 et que le professionnel est en mesure de démontrer une expérience professionnelle d’au moins 3 ans en psychologie clinique.

*Il reste possible d’obtenir son visa si le diplôme en psychologie option neuropsychologie a été obtenu avant 2016 et que le professionnel est en mesure de démontrer une expérience professionnelle d’au moins 3 ans en psychologie clinique.